kristine-cinate-QvjL4y7SF9k-unsplash

La CEATE-N reconnaît la nécessité d’agir face au déclin de la biodiversité 

Tout comme le Conseil fédéral, la commission reconnaît aussi la nécessité d’agir pour faire face à la crise de la biodiversité. Les initiant•e•s de l’Initiative biodiversité saluent la décision prise aujourd’hui par la Commission de l’environnement du Conseil national d’entrer en matière sur le contre-projet indiret du Coneil fédéral. Le projet de loi doit encore être amélioré pour que l’état de la biodiversité, de la culture du bâti et du paysage puisse être préservé et développé.

Raffael-Aye_Ausschnitt-scaled
En Suisse, plus d’un tiers des espèces animales et végétales sont menacées. Pour que le contre-projet indirect puisse répondre de manière adéquate à la crise de la biodiversité, il doit encore être nettement amélioré.
Raffael Ayé
Directeur de BirdLife Suisse
Geschaeftsleitung ProNatura, Bild Christian Flierl, 2017
D'après le Conseil fédéral, le déclin de la biodiversité coûte chaque année entre 14 et 16 milliards de francs à l'économie. Pour protéger nos bases vitales et celles des générations futures, nous demandons donc des instruments efficaces.
Sarah Pearson Perret
Secrétaire romande de Pro Natura

Commentaire de l’Initiative biodiversité

Communiqué de médias CEATE-N

Contact 

Une large alliance regroupant des organisations actives dans l’agriculture, la sylviculture, la chasse, la pêche, les parcs, la recherche et la protection de la nature soutient l’Initiative biodiversité –  dont Pro Natura, BirdLife, la Fondation suisse pour la protection et l’aménagement du paysage, Patrimoine suisse, la Fédération Suisse de Pêche et les organisations ChasseSuisse, fair-fish et Casafair.